Désodorisants non-combustibles et qualité de l’air intérieur

Cette étude s’inscrit dans le cadre du Plan d’Actions sur la Qualité de l’Air Intérieur (PQAI). Le PQAI encadre les actions des pouvoirs publics visant à diminuer l’exposition aux polluants de l’air intérieur. Ici, l’Ineris s’intéresse en particulier aux désodorisants non combustibles. Ces produits se divisent sont en trois grandes catégories : les sprays aérosols, les diffuseurs passifs (sans source d’énergie) et les diffuseurs actifs (avec source d’énergie). Par cette étude, l’Ineris avait pour objectif d’identifier les polluants émis par chacun de ces types de désodorisants non combustibles. Dans un second temps, l’Ineris souhaitait évaluer dans quelle mesure ces émissions présentaient un risque sanitaire.

Méthodologie

Pour réaliser son étude, l’Ineris a exploité deux sources d’informations :
-un sondage national sur les usages des désodorisants non combustibles, datant de 2017 et réalisé par l’institut de sondage Ifop
-des mesures des émissions de ces produits, réalisées en 2017 également par le Centre Scientifique et Technique du bâtiment (CSTB) en chambre d’essai. Ces mesures se sont concentrées sur les émissions de composés organiques volatils (COV) des désodorisants, et ont englobé des produits très variés (vaporisateurs, brûle-parfum, diffuseurs automatiques…)

A partir des résultats du sondage, l’Ineris a déterminé deux scénarios d’exposition génériques :
-le premier met en scène un utilisateur aux pratiques et caractéristiques environnementales « dans la moyenne ». L’utilisateur recourt alors couramment à des sprays aérosols et des diffuseurs actifs, soit plusieurs fois par semaine dans la plupart des pièces. Il utilise également en continu des diffuseurs actifs à raison de 10 mois/an.
-le second scénario correspond à un utilisateur ayant une utilisation plus intensive des désodorisants. Ce scénario correspond à un usage quotidien de sprays aérosols, au moins une fois par pièce, ainsi qu’utilisation continue de diffuseurs actifs et passifs à raison de 11 mois/an.

A partir de ces scénarios et des données du CSTB, l’Ineris a évalué les expositions chroniques et de courte durée aux polluants.

Des émissions polluantes a priori non préoccupantes

L’Ineris a conclu qu’avec le premier scénario, l’individu était exposé à des concentrations de polluants inférieures aux valeurs repères considérées (concentrations limite d’intérêt et valeurs guides de qualité de l’air intérieur). Ce constat est valable aussi bien pour les expositions chroniques que pour les expositions cumulées, c’est-à-dire à plusieurs substances simultanément. Mais l’Ineris a également conclu que le scénario 2 n’induisait pas non plus de dépassement des valeurs repères.

En somme, selon cette étude, les désodorisants non-combustibles ne semblent pas entraîner d’exposition chronique préoccupante aux polluants, que ce soit avec un usage dans la moyenne ou intensif. De la même manière, en ce qui concerne les expositions de courte durée, il n’y a eu de dépassement des valeurs repères que pour le brûle-parfum. Cependant, ce dernier constat incite à étudier plus en détails ce type de produit et ses impacts sur l’air intérieur.

Des effets sanitaires encore incertains

L’Ineris s’est aussi intéressé aux impacts sanitaires des polluants émis par les désodorisants non combustibles. Ces produits sont source de limonène, de formaldéhyde, mais aussi de benzène, de benzaldéhyde et de β-pinène, des polluants préoccupants. Les deux premiers sont notamment associés à des irritations respiratoires et oculaires. De plus, le formaldéhyde et le benzène sont des substances reconnues comme cancérigènes.

L’Ineris attire l’attention sur le fait que les désodorisants non-combustibles peuvent émettre d’autres polluants associés à des risques sanitaires. Il peut s’agir de phtalates ou encore de nanoparticules. La vigilance est donc de mise étant donné le manque de connaissances actuel à propos de leurs effets. D’autre part, l’Ineris précise que les données disponibles sur la pollution de l’air par les désodorisants non-combustibles sont très peu nombreuses. En conséquence, la présente étude ne suffit pas pour conclure sur leurs impacts sur la QAI.

Pour finir, l’Ineris attire aussi l’attention sur les effets cocktails possibles des COV observés. Les recherches sur ce sujet sont encore en cours, et l’on ne dispose donc pour l’heure que de connaissances insuffisantes. Or, ces effets cocktails pourraient induire un risque sanitaire. Et ce même si les concentrations de polluants émis restent inférieures aux valeurs repères. En conclusion, cette étude de l’Ineris apporte des informations sur les risques sanitaires liés à l’usage de désodorisants non-combustibles. Cependant, des données supplémentaires doivent confirmer ces constats.

Retrouvez le rapport de l’Ineris sur https://www.ineris.fr/sites/ineris.fr/files/contribution/Documents/Rapport-Ineris-20-200840-1997302-v1-MTES-BSE_DNC_complet.pdf

Polluants intérieurs émergents

Dans cet article, le chercheur allemand Tunga Salthammer présente plusieurs types de polluants émergents et les causes de cette émergence.

Nouvelles substances ou substances nouvellement préoccupantes

Pour commencer, on compte parmi ces polluants émergents les nouvelles substances ou substances nouvellement préoccupantes. Leur usage est croissant. Supposément moins dangereuses, les industriels les utilisent en remplacement de substances aux dangers avérés couramment utilisées dans les formulations. On peut citer par exemple le remplacement de certains phtalates, retardateurs de flammes ou solvants à la toxicité démontrée par d’autres substances estimées moins nocives. Or, les risques de ces alternatives sont bien souvent mal ou insuffisamment évalués.

Des polluants ré-émergents

Cependant, au-delà de ces nouvelles alternatives, on observe une ré-émergence de diverses substances. Parmi elles, on peut citer l’amiante, les polychlorobiphényles, les hydrocarbones aromatiques polycycliques ou encore les naphtalènes chlorés. Les opérations de rénovation énergétique influencent fortement cette ré-émergence. En effet, elles entraînent une libération de ces polluants.

Par ailleurs, d’autres polluants reviennent sur le devant de la scène en raison d’une réévaluation, de changements des contraintes de labellisation, de modifications des valeurs de référence ou des valeurs guide ou encore de leur inclusion dans les listes de la Convention de Stockholm. C’est par exemple le cas de l’acétaldéhyde, classé cancérogène 1B (c’est-à-dire que son potentiel cancérogène pour l’Homme est supposé) depuis 2019.

Quelle surveillance pour ces polluants (ré)émergents ?

En conclusion, cette étude montre l’importance de surveiller attentivement ces nouveaux polluants ou polluants réémergents. Pour ce faire, la méthode classique consiste à analyser des échantillons d’air et de poussière. Afin d’obtenir des résultats plus précis et pertinents, T. Salthammer conseille de combiner ces analyses avec l’emploi de biomarqueurs (par exemple l’analyse d’urines). Combiner ces méthodes et indicateurs permettra un repérage plus efficace de ces polluants (ré)émergents.


Références : Salthammer T., 2019 : Emerging indoor pollutants. [En ligne]. International Journal of Hygiene and Environmental Health, vol. 224. Disponible en libre-accès sur <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1438463919306686?via%3Dihub>.

Changement de l’appareil de chauffage au bois & qualité de l’air intérieur

Les études CARVE et QAI-Arve ont montré que ce renouvellement favorisait une meilleure QAI. L’objectif de ces études de l’INERIS était d’observer si le renouvellement d’appareils de chauffage non performants permettait une amélioration de la qualité de l’air intérieur.

Des mesures ont été réalisées au sein du domicile de particuliers afin de répondre à cette question, avant le renouvellement de l’appareil de chauffage et après. Ces mesures ont montré que l’installation d’un appareil de chauffage récent permettait de meilleures performances en termes d’énergie ainsi qu’une diminution des polluants dans l’air intérieur.

De plus, les études CARVE et QAI-Arve ont aussi montré que pour obtenir ces bénéfices, adopter de bonnes pratiques était essentiel : appareil aux dimensions adaptées au logement et aux besoins, utilisation d’un combustible sec de qualité, bonne gestion des entrées d’air de l’appareil, entretien régulier.

A consulter :

Rapport de l’étude QAIHOSP : Qualité de l’air intérieur dans deux établissements hospitaliers

La pollution de l’air intérieur était faible dans les deux bâtiments observés. Pour cette étude, des campagnes de mesure des paramètres de confort et des concentrations en plusieurs polluants chimiques (COV, COSV), physiques (PM10, PM2.5) et microbiologiques (moisissures, bactéries et virus) ont été réalisées dans deux établissements situés à Rennes et à Nancy.

La faible pollution de l’air intérieur constatée peut être expliquée par les systèmes de ventilation performants des bâtiments étudiés, qui permettent un bon renouvellement d’air. Des variations au niveau des concentrations des polluants ont été observées selon les activités de soin et les usages. Cette étude pourra permettre d’établir des recommandations relatives à la qualité de l’air intérieur dans les établissements de santé.

Retrouvez l’étude complète ici.

MOOC « Air pollution : causes and impacts », proposé par l’Institut Mines-Télécom

Ce MOOC portera sur les causes et les effets de la pollution de l’air intérieur et de l’air extérieur. Plusieurs professionnels de l’IMT Lille-Douai interviendront. Les sources de pollution de l’air et les principaux polluants de l’air seront présentés. Les professionnels traiteront également des impacts de la pollution de l’air sur l’environnement, sur la santé, mais aussi sur l’économie.

D’une durée de trois semaines et gratuit, ce MOOC débutera le 04 novembre et sera en anglais. Pour faciliter la compréhension des notions, un niveau de licence scientifique est conseillé, mais ce MOOC est ouvert à toute personne intéressée par la thématique de la qualité de l’air. Un certificat (payant) peut être délivré à l’issue du MOOC pour attester des connaissances et compétences acquises.

Retrouvez plus d’informations ici.

Des écoles très exposées à la pollution de l’air dans six capitales européennes, dont Paris

Les concentrations des polluants étudiés sont alarmantes dans toutes les écoles concernées. Dans le cadre de cette étude, les taux intérieurs de dioxyde d’azote, de particules fines et de dioxyde de carbone ont été mesurés entre mars et mai 2019 dans 50 écoles européennes. La présence de dioxyde d’azote a été détectée dans toutes les salles de classe, et parfois à des niveaux importants. Les concentrations en particules fines et en dioxyde de carbone, quant à elles, dépassaient bien souvent les seuils recommandés par l’OMS.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Facteurs contribuant à un habitat favorable à la santé

Ce rapport du Haut Conseil de la Santé Publique identifie les paramètres impactant la santé dans l’habitat. Il constitue une première réponse à la saisine relative à l’habitat favorable à la santé adressée par la Direction générale de la santé le 21 avril 2018 au Haut Conseil de la santé publique. Ce rapport constitue un document de référence identifiant les propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé. Une description de l’ensemble des facteurs influençant positivement ou négativement la santé a été réalisée, selon différentes dimensions : l’environnement extérieur proche du logement, caractéristiques du bâti et des occupants incluant leurs comportements. Pour chaque dimension, les sources documentaires les plus pertinentes ont été référencées, sans prétention d’exhaustivité, ainsi que les réglementations applicables et les recommandations d’usage ou d’entretien. Les facteurs identifiés sont pour la plupart du temps interconnectés et les effets sur la santé des occupants résultent de leurs actions combinées. Les risques « émergents » de type nanomatériaux, ondes électromagnétiques, perturbateurs endocriniens ou bien objets connectés et leur impact sur la vie privée sortent du cadre de ce rapport et n’y sont pas abordés. La description réalisée dans ce rapport des propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé est la première étape d’un processus visant à terme à proposer des lignes directrices pour les règles générales d’hygiène en matière de salubrité des habitations.

Lancement officiel de la plateforme Jurad-bat

Ses objectifs sont l’information, la sensibilisation et la formation sur les risques liés à la QAI. Les volets sensibilisation et formation sont avant tout destinés aux professionnels de la construction, afin de permettre une meilleure gestion des risques liés à la QAI dans les bâtiments. La plateforme Jurad-bat est présentée comme une boîte à outils en ligne, qui offre de nombreuses ressources et informations : des informations générales et réglementaires sur l’air intérieur et le radon, des fiches pratiques et techniques pour la mise en œuvre de certains travaux, un système d’information géographique, des modules de formation ou encore un outil d’auto-évaluation du bâtiment. La plateforme a été officiellement inaugurée ce 4 juin.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Analyse de l’efficacité des dispositifs d’épuration de l’air intérieur en milieu résidentiel

Ce rapport de l’Institut National de Santé Publique du Québec est téléchargeable gratuitement. Les principales conclusions du rapport sont que les épurateurs d’air ne peuvent pas compenser une ventilation et un contrôle initial des polluants efficaces, que l’efficacité concrète d’une partie des dispositifs demeure incertaine, et qu’il existe à l’heure actuelle très peu d’études qui mettent en avant l’influence de l’utilisation d’épurateurs d’air sur la santé humaine. Le rapport distingue aussi les dispositifs qui peuvent s’avérer utiles pour limiter les concentrations en certains polluants précis.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

60 Millions de Consommateurs teste les émissions polluantes de vingt peintures

Les résultats sont sans appel : les émissions de composés organiques volatils sont trop élevées. En effet, alors que toutes sont notées A+ en termes d’émissions polluantes (c’est-à-dire qu’elles sont évaluées comme faiblement émissives), leurs émissions en COV sont très inégales : alors que sept des vingt peintures testées émettent aux environs de 50 µg/m³ 28 jours après l’application, d’autres atteignent des émissions de 1 000 µg/m³ (valeur déjà trop élevée pour une absence de risque pour la santé) au terme de ce même délai. 60 Millions de Consommateurs a aussi testé les émissions des peintures à J + 3 : ici encore, elles sont bien trop élevées, malgré leur classement A+. Certaines peintures atteignaient des émissions de COV de 8 000 µg/m³, en sachant qu’au-delà de 3 000 µg/m³ les premiers effets néfastes des COV se font ressentir. La notation des peintures semble donc trompeuse, ne renseignant que peu sur la sécurité des produits. Il semble donc que la réglementation et la notation s’appliquant aux peintures soient pour l’heure insuffisamment strictes.

Pour en savoir plus, cliquez ici.