Simulation de la qualité de l’air intérieur et de la qualité de l’air extérieur ainsi que des impacts sanitaires après une rénovation énergétique

Les travaux de rénovation énergétique peuvent avoir de nombreux intérêts. Il peut s’agir d’une réduction de la consommation énergétique, d’une amélioration de la qualité de l’air ambiant et d’une meilleure maîtrise des impacts environnementaux. Cependant, lorsque la rénovation ne s’accompagne pas de l’installation d’un système de ventilation adéquat, la qualité de l’air intérieur peut être détériorée. Le bâtiment peut ainsi avoir des impacts négatifs sur la santé de ses occupants.

Une ventilation adaptée : un paramètre indispensable

Cette étude évalue en premier lieu les économies d’énergie en comparant les dépenses énergétiques avant la rénovation et après la rénovation. Pour cela, l’étude prend appui sur les tarifs pratiqués pour le gaz et l’électricité dans le Massachusetts. Les chercheurs ont également évalué les impacts sanitaires en comparant les problèmes de santé constatés avant la rénovation et après la rénovation. L’objectif était de déterminer si les gains en termes de dépenses énergétiques équivalaient les bénéfices en termes sanitaires. Pour ce faire, ils ont monétisé les impacts sanitaires en leur associant une valeur monétaire. Cette valeur a été définie à partir de la valeur d’une vie humaine aux Etats-Unis (soit 7,4 milliards $).

Les chercheurs ont constaté que lorsque la rénovation ne s’accompagnait pas d’une rénovation du système de ventilation ou de filtration de l’air, les coûts sanitaires engendrés pour les habitants du bâtiment étaient amplifiés. Ils sont alors bien plus lourds que les économies d’énergies permises ainsi que les bénéfices obtenus en termes de santé publique. En revanche, lorsqu’il y a une rénovation du système de ventilation ou de filtration de l’air, des bénéfices concrets sont observables. Ces bénéfices se situent aussi bien au niveau de la santé des occupants des bâtiments que de la consommation énergétique ou de la santé publique.

Le problème de l' »effet-rebond »

Un article paru récemment dans The Conversation montre que les bénéfices induits par la rénovation énergétique peuvent être très limités. En effet, la principale motivation des ménages réalisant une rénovation énergétique est l’augmentation du confort. En pratique, l’augmentation du confort s’exprime par une augmentation de la température intérieure. Ceci résulte en une hausse de la consommation énergétique pour le chauffage : on parle d’effet-rebond. D’autre part, les économies d’énergie peuvent aussi être limitées en raison d’une rénovation de mauvaise qualité. Dans ces deux cas, les bénéfices en termes environnementaux et économiques sont fortement amoindris. En effet, les économies d’énergies sont alors très modérées et la facture ne diminue par conséquent que faiblement.

Références : Underhill L. J., Milando C. W., Levy J. I., Stuart Dols W., Lee S. K., Patricia Fabian M, 2019 : Simulation of indoor and outdoor air quality and health impacts following installation of energy-efficient retrofits in a multifamily housing unit. [En ligne]. Building and Environment. Disponible (accès payant) sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S036013231930719X.

Relations entre tabagisme, concentrations intérieures en PM2,5 et maladies pulmonaires chroniques

De récentes études ont montré les liens entre les PM2,5 et les maladies pulmonaires chroniques. Cet article s’intéresse d’une part aux relations entre le tabagisme et les concentrations en PM2,5 dans l’air intérieur, et d’autre part aux mécanismes sous-tendant le lien entre fumée de tabac, concentrations intérieures en PM2,5 et maladies pulmonaires chroniques. Pour ce faire, les chercheurs ont fait une revue de la littérature existant sur ces deux sujets.

Les chercheurs concluent que la fumée de tabac est la principale source de particules PM2,5 en intérieur. Ils soulignent l’importance de cette problématique en raison du temps important que passent les individus à l’intérieur (80 à 90% du temps). Diverses études récentes ont montré que la fumée de tabac ambiante et ses résidus ainsi que les particules PM2,5 étaient deux facteurs favorisant le développement de maladies pulmonaires chroniques. Ces facteurs semblent notamment favoriser le développement d’un cancer du poumon, d’asthme ou de maladie pulmonaire obstructive chronique.

Les scientifiques ayant conduit cette étude expliquent d’autre part que des études épidémiologiques doivent encore être menées sur les particules PM2,5 spécifiquement issues de la fumée ainsi que sur les risques associés à l’utilisation de l’e-cigarette et des dispositifs IQOS.

Références : Ni Y., Shi G., Qu J., 2019 : Indoor PM2,5, tobacco smoking and chronic lung diseases: A narrative review. [En ligne]. Environmental Research. Disponible en libre-accès sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0013935119307078 .

Pour plus d’informations sur les risques associés à l’e-cigarette et aux dispositifs IQOS : https://www.appa.asso.fr/la-cigarette-electronique-sous-surveillance/ et https://www.appa.asso.fr/sticks-de-tabac-a-chauffer-quelles-emissions-de-polluants/

Changement de l’appareil de chauffage au bois & qualité de l’air intérieur

Les études CARVE et QAI-Arve ont montré que ce renouvellement favorisait une meilleure QAI. L’objectif de ces études de l’INERIS était d’observer si le renouvellement d’appareils de chauffage non performants permettait une amélioration de la qualité de l’air intérieur.

Des mesures ont été réalisées au sein du domicile de particuliers afin de répondre à cette question, avant le renouvellement de l’appareil de chauffage et après. Ces mesures ont montré que l’installation d’un appareil de chauffage récent permettait de meilleures performances en termes d’énergie ainsi qu’une diminution des polluants dans l’air intérieur.

De plus, les études CARVE et QAI-Arve ont aussi montré que pour obtenir ces bénéfices, adopter de bonnes pratiques était essentiel : appareil aux dimensions adaptées au logement et aux besoins, utilisation d’un combustible sec de qualité, bonne gestion des entrées d’air de l’appareil, entretien régulier.

A consulter :

Rapport de l’étude QAIHOSP : Qualité de l’air intérieur dans deux établissements hospitaliers

La pollution de l’air intérieur était faible dans les deux bâtiments observés. Pour cette étude, des campagnes de mesure des paramètres de confort et des concentrations en plusieurs polluants chimiques (COV, COSV), physiques (PM10, PM2.5) et microbiologiques (moisissures, bactéries et virus) ont été réalisées dans deux établissements situés à Rennes et à Nancy.

La faible pollution de l’air intérieur constatée peut être expliquée par les systèmes de ventilation performants des bâtiments étudiés, qui permettent un bon renouvellement d’air. Des variations au niveau des concentrations des polluants ont été observées selon les activités de soin et les usages. Cette étude pourra permettre d’établir des recommandations relatives à la qualité de l’air intérieur dans les établissements de santé.

Retrouvez l’étude complète ici.

MOOC « Air pollution : causes and impacts », proposé par l’Institut Mines-Télécom

Ce MOOC portera sur les causes et les effets de la pollution de l’air intérieur et de l’air extérieur. Plusieurs professionnels de l’IMT Lille-Douai interviendront. Les sources de pollution de l’air et les principaux polluants de l’air seront présentés. Les professionnels traiteront également des impacts de la pollution de l’air sur l’environnement, sur la santé, mais aussi sur l’économie.

D’une durée de trois semaines et gratuit, ce MOOC débutera le 04 novembre et sera en anglais. Pour faciliter la compréhension des notions, un niveau de licence scientifique est conseillé, mais ce MOOC est ouvert à toute personne intéressée par la thématique de la qualité de l’air. Un certificat (payant) peut être délivré à l’issue du MOOC pour attester des connaissances et compétences acquises.

Retrouvez plus d’informations ici.

Rapport de l’ADEME « Comment impliquer les foyers dans la lutte contre la pollution de l’air intérieur et extérieur ? »

Dans le domaine de la qualité de l’air, les actions mises en place par les entreprises, les collectivités, l’Etat, les associations ou tout autre organisme concernent généralement l’individu à titre personnel ou professionnel. Cela peut conduire à des changements de comportement (subis ou volontaires) individuels ou collectifs. Or le processus de changements peut être facilité quand il est entrepris dans un cadre collectif.

Dans ce cadre, l’atelier participatif des 4èmes assises de l’air (9&10 octobre 2018) a eu pour ambition de réfléchir à comment le foyer pourrait être ce cadre.
Les soixante-dix participants ont mis en évidence que de nombreux champs d’action existent pour que les foyers agissent en faveur de la qualité de l’air (mobilité, rénovation énergétique, alimentation, …).

Les possibilités de contributions des participants sont variées et font écho à la diversité de leurs profils (collectivités, éco-entreprises, services de l’Etat, ADEME, bureaux d’études, associations).
Verbatim concernant :
les champs d’actions,
les besoins pour s’engager,
les contributions possibles

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Des écoles très exposées à la pollution de l’air dans six capitales européennes, dont Paris

Les concentrations des polluants étudiés sont alarmantes dans toutes les écoles concernées. Dans le cadre de cette étude, les taux intérieurs de dioxyde d’azote, de particules fines et de dioxyde de carbone ont été mesurés entre mars et mai 2019 dans 50 écoles européennes. La présence de dioxyde d’azote a été détectée dans toutes les salles de classe, et parfois à des niveaux importants. Les concentrations en particules fines et en dioxyde de carbone, quant à elles, dépassaient bien souvent les seuils recommandés par l’OMS.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Parution du 4ème rapport du programme CORTEA

Ce rapport présente les principaux résultats des projets soutenus par le programme CORTEA. Le programme CORTEA (Connaissances, Réduction à la source et Traitement des Emissions dans l’Air) a pour objectif de faire émerger des projets de R&D orientés vers l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, de l’industrie, de l’énergie et des transports.
L’ADEME a organisé le 18 juin 2019 à Paris la quatrième journée de restitution des résultats de recherche obtenus dans le cadre de CORTEA vers les utilisateurs potentiels (acteurs et décideurs dans le domaine de la qualité de l’air). Les domaines concernés étaient pour cette édition l’agriculture (2 projets), les transports (4 projets), l’industrie (4 projets) et la qualité de l’air intérieur (6 projets).
En plus du rapport complet, un document de synthèse est également proposé.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

ACCT-Air 2019 : 6 projets lauréats

ACCT-AIR a pour objectif d’encourager les collectivités à agir pour la qualité de l’air. Grâce à une convention avec l’ADEME, les dossiers retenus peuvent obtenir un soutien technique et financier pour favoriser la mise en oeuvre des projets. Cette année, six projets ont été retenus :
-Le projet REVEAL « Réduction des émissions des véhicules par l’amélioration de l’efficacité environnementale de voirie lyonnaise »;
-Le projet DAISY « Déterminants de la qualité de l’air intérieur dans les écoles et crèches de la ville de Lyon »;
-Le projet MODELAIRURBA « Modélisation de la qualité de l’air dans un secteur d’urbanisation contraint pour des recommandations d’aménagement minimisant les impacts de la pollution de l’air sur la santé des populations »
-Le projet PAIR’SO (qualité de l’air dans les gymnases)
-Le projet PRESCRIAIRBAT « Construction exemplaire en termes de qualité de l’air d’un bâtiment de bureaux et d’une résidence étudiante : accompagnement des maîtres d’œuvre et évaluation tout au long du projet »
-Le projet MARITIM’AIR « Modélisation des émissions du transport maritime sur le territoire de la communauté d’agglomération de Bastia »

Facteurs contribuant à un habitat favorable à la santé

Ce rapport du Haut Conseil de la Santé Publique identifie les paramètres impactant la santé dans l’habitat. Il constitue une première réponse à la saisine relative à l’habitat favorable à la santé adressée par la Direction générale de la santé le 21 avril 2018 au Haut Conseil de la santé publique. Ce rapport constitue un document de référence identifiant les propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé. Une description de l’ensemble des facteurs influençant positivement ou négativement la santé a été réalisée, selon différentes dimensions : l’environnement extérieur proche du logement, caractéristiques du bâti et des occupants incluant leurs comportements. Pour chaque dimension, les sources documentaires les plus pertinentes ont été référencées, sans prétention d’exhaustivité, ainsi que les réglementations applicables et les recommandations d’usage ou d’entretien. Les facteurs identifiés sont pour la plupart du temps interconnectés et les effets sur la santé des occupants résultent de leurs actions combinées. Les risques « émergents » de type nanomatériaux, ondes électromagnétiques, perturbateurs endocriniens ou bien objets connectés et leur impact sur la vie privée sortent du cadre de ce rapport et n’y sont pas abordés. La description réalisée dans ce rapport des propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé est la première étape d’un processus visant à terme à proposer des lignes directrices pour les règles générales d’hygiène en matière de salubrité des habitations.