Allergies respiratoires : près de 2/3 des allergiques ne consultent pas d’allergologue

Nez qui coule, yeux gonflés, démangeaisons, éternuements… Les allergies respiratoires sont une maladie chronique ayant des répercussions importantes sur la vie des personnes qui en souffrent. Mais qu’est-ce qui provoque ces allergies? Quelles sont leurs principales répercussions sur la vie des patients ? Vers quel professionnel de santé se tournent-ils principalement? Existe-t-il des traitements pour les soulager à long terme ?Les résultats de l’enquête Ifop/Stallergenes révèlent que 65 % des personnes souffrant d’allergies respiratoires ont conscience que celles-ci peuvent s’aggraver progressivement dans le temps entraînant le risque de développer de nouvelles allergies. Forts de ce constat, ils ne sont pourtant que 34 % à consulter un spécialiste allergologue pour leur prise en charge ; 54 % se tournant vers leur médecin généraliste. Résultat : seulement 31 % des patients savent qu’il existe des traitements contre les allergies respiratoires, tels que l’immunothérapie allergénique (ITA), qui peuvent être efficaces à long terme.
Un quart de la population d’Europe et d’Amérique du Nord souffre d’allergies respiratoires dont 15 % à 20 % d’une forme sévère . Cette maladie est très souvent négligée et sous-diagnostiquée. En effet, 45 % des personnes qui en souffrent ne sont pas diagnostiquées.

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger l’infographie